Zoom sur la VAE, un dispositif permettant de transformer son expérience en diplôme

Témoignage de Guillaume Maratchia a obtenu sa licence par le biais de la VAE par un accompagnement du service dédié proposé à l'Université de La Réunion

La VAE, une opportunité pour Guillaume Maratchia - Reportage "clés pour l'emploi" sur Antenne Réunion JT 19h 09/11/2017

 

 

Conseiller fruits à la Chambre d’Agriculture de La Réunion, Guillaume Maratchia a obtenu sa licence par le biais de la validation des acquis de l’expérience (VAE).

 

Guillaume Maratchia a 33 ans, et il est technicien conseiller fruits à la Chambre d’Agriculture de La Réunion. Ce fils d’agriculteur, titulaire d’un BTS agricole en production fruitière a toujours été en contact avec la terre. Il compte bien le rester et pour cela, il décide de procéder à une validation des acquis de l’expérience (VAE).


Selon les nouvelles règles du code du travail : dans son secteur d’activité, tout technicien devra posséder a tout prix une licence pour exercer et il n’a pas voulu rester sur la touche.

 

Un Bac + 3 imposé par l’Europe en 2021

"J’ai surtout fait la VAE pour avoir un diplôme supérieur, en passant à un Bac + 3. Sachant que, d’ici 2021, l’Europe va demander à ce que les salariés de la Chambre d’Agriculture soient titulaires d’un Bac + 3. J’ai anticipé cette demande de l’Europe."


Dans le cadre de cette VAE, Guillaume Maratchia a décroché sa licence au bout de 10 mois en effectuant 20 heures de travail par semaine. Même si cela n’était pas évident de cumuler travail, formation et vie de famille. La validation des acquis de l’expérience a été pour lui une véritable aubaine dans l’évolution de sa carrière. Il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

 

"Acquérir plus d’expérience et rester compétitif"

"J’espère faire un Master d’ici deux ou trois ans, pour acquérir plus d’expérience, et surtout de rester compétitif sur le marché du travail."

 

Accompagnement technique et appui méthodologique à l’Université

Pour la licence qu’il a décroché, le technicien de la Chambre Verte a bénéficié d’un accompagnement technique et d’un appui méthodologique à l’Université de La Réunion. Avant de passer une soutenance de mémoire devant un jury.

[Contactez le service VAE de l'université]

La VAE, un dispositif accessible à tous (interview)

La VAE est accessible à tout le monde - Interview de Marceline Ducrocq-Grondin sur Antenne Réunion JT 19h "Clés de l'emploi" 09/11

LINFO.RE – créé le 9.11.2017 à 20h06 – mis à jour le 10.11.2017 à 06h12- Manuel Yepes

Vice-présidente de l’Université de La Réunion, chargée de la formation professionnelle et de l’apprentissage, Marceline Ducrocq-Grondin est l’invitée du 19h d’Antenne Réunion pour mettre en avant le dispositif de validation des acquis de l’expérience (VAE).


"La VAE est un dispositif que nous encourageons tant pour l’individu que pour les acteurs économiques", met en avant Marceline Ducrocq-Grondin.


"La VAE est accessible à tous les individus quels qu’ils soient. Quel que soit leur âge, quelle que soit leur nationalité, leur niveau de formation antérieure... Et cela sans avoir à suivre les cours et passer les examens correspondant à cette certification."

"Une reconnaissance des compétences"

La vice-présidente explique l’intérêt de la validation des acquis de l’expérience. "Pour l’individu cela sert à une reconnaissance de ses compétences, à une mise en adéquation de son niveau de qualification avec le niveau de responsabilité qu’il peut être amené à exercer au sein de son entreprise. Cela participe aussi à un projet d’évolution ou de mobilité professionnelle. Pour l’entreprise, la VAE participe à la gestion des ressources humaines, à une plus grande motivation des salariés, une fidélisation de la main d’œuvre, et participe à élever le niveau de qualification de la main d’œuvre réunionnaise."

Entreprise, milieu associatif, la VAE concerne un grand champ de compétence. "La VAE concerne tous les individus. L’individu peut également valider ses expériences extra-professionnelles, liées à ses responsabilités, à ses obligations en matière familiale, culturelle, sportive, associative, syndicale, bénévole, élective..."

Deux conditions doivent être réunies

"L’expérience que l’on cherche à valider doit être en rapport direct avec la certification que l’on souhaite obtenir. L’individu doit faire au moins valoir une année d’expérience, qu’elle soit réalisée en continue ou pas."

Le coût d’une VAE

Selon le financement et le montant de la prise en charge (par l’employeur, l’OPCA, ou tout autre financeur de la formation continue), le coût varie de 0 à 1000€ environ, inclus les droits nationaux (fixés annuellement par décret) de 189,10€ pour une licence et de 261,10€ pour un master (prix incluant la médecine préventive).

Chaque parcours étant unique, contactez le service VAE de l’université pour plus de précisions.

 

>>>>>Lire également le témoignage de Guillaume Maratchia qui a suivi le parcours d’une VAE collective avec le SUFP :  La VAE, une opportunité pour Guillaume Maratchia